Tanzanie/ Zanzibar

Circuit + séjour septembre 2012 pour 12 jours en safari en Tanzanie et Zanzibar/2 adultes :

  • Itinéraire :
    J 1 : arrivée au campement suite à un retard d’avion
    J 2 : Tarangire
    J 3 : N’gorongoro
    J 4 : Manyara
    J 5 : Treck à pied dans le parc Manyara, découverte d’un village masaï et transfert à Zanzibar
    J 6 à 11 : Zanzibar : vélo, bateau ngalawa, snorkelling, balades et découverte des villages de Jambiani et de Makunduchi
    J 12 : retour
  • Organisation : par une agence de voyage. Prise en charge complète sur les parcs et en journées libres sur Zanzibar.
  • Moyens de locomotion : avions, 4×4, taxi et vélo
  • Budget : 2900 € par personne tout compris (2630 € circuit par agence + extras sur place)
  • Hébergements : campements sur les parcs et petit hôtel de charme (mais très simple) à Jambiani (Coco beach) sur Zanzibar.
  • Petits plus dans nos bagages : tout le nécessaire pour lutter contre les moustiques. Des petits jouets pour les enfants des villages. Un appareil photo avec un bon zoom. Un très bon anti-UV.
  • Conseils/Avis sur le pays :

Pour les parcs animaliers c’est assez magique de voir tous les animaux évoluer ensemble en pleine nature. Les parcs ne sont pas fermés et c’est pourquoi nous devons rester dans les villages ou à l’intérieur du 4×4. On a pu voir une majorité des animaux hormis le léopard. Les campements étaient très bien et donnaient un goût d’aventure à ce voyage que nous avons adoré. Nous n’avons eu aucun souci.
Pour ceux qui ont plus de temps vous pourrez aussi visiter le parc Serengeti et pour les plus sportifs monter au Kilimandjaro !

Pour le séjour sur l’île de Zanzibar :

Dès notre arrivée à l’hôtel, un groupe de jeune (équipe de Jambiani), prêts à jouer au foot sur la plage, ont proposé à mon copain de jouer avec eux. Tout le monde étaient chaleureux. Les jours suivants un de ces jeunes nous a fait découvrir son monde ( nous sommes rentrés chez sa maman…) et effectivement le choc des cultures est énorme ! Ils n’ont rien ! Sa maison n’avait pas de toit sur toute la surface, elle était faite de pierres blanches en partie effritées. Il n’y avait rien hormis le minimum pour cuisiner et un canapé très abîmé. Lorsque les enfants sont rentrés de l’école pour déjeuner, un enfant d’environ 4 ans a retiré son uniforme d’écolier et a fait apparaître son tee-shirt tout déchiré. Pourtant, tout le monde avait le sourire. Nous avons revu plusieurs fois ce jeune durant notre séjour et communiquons aujourd’hui encore avec lui par mail. Il n’a jamais demandé quoi que ce soit hormis que l’on passe un peu de temps avec lui pour lui apprendre quelques mots en français.
Les enfants dans les villages touristiques ont tendance à réclamer des stylos, donc il faut être vigilant à qui on donne car certains ont pu se montrer très insistants.
Les femmes ont des vies difficiles et sont plus discrètes, elles paraissent moins chaleureuses. On peut même avoir le sentiment qu’elles n’ont pas le droit de venir nous parler. Il y aurait beaucoup de jalousie selon une habitante francophone qui est installée là-bas : les hommes sont polygames et les femmes n’ont pas le droit de faire certaines activités contrairement aux touristes. Elles ont aussi un code de beauté qui est celui d’être la plus blanche de peau possible. Elles achètent même de quoi se blanchir la peau !
Le matin, lorsque la marée est basse, elles ramassent les algues pour le commerce.

Un jeune de l’hôtel nous a fait visiter son village Makunduchi pour quelques pièces. Magnifique ! Il s’agit d’un village authentique où l’eau sort du puit et où la terre est rouge. Les enfants, voyant beaucoup moins souvent de touristes, sont venus me toucher les bras par curiosité car certains n’avaient jamais vu une femme blanche. Ils jouaient avec moi. Les hommes venaient nous parler et blaguer.

A Jambiani j’y ai vu des poissons colorés (poissons clown et tropicaux) comme nulle part ailleurs. Ceux qui auront de la chance pourront même croiser des dauphins et voir de grosses étoiles de mer rouge.

L’eau à marée basse est de diverses variantes de bleus et permet de faire des photos paradisiaques. Quand la marée est haute c’est plus difficile de se baigner, mais on a pu en profiter pour découvrir l’île.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s